Les traditions anciennes, et la tradition celtique en fait partie, honoraient la nature et ses manifestations.
Le sang des règles donc n’était pas vu comme sale ou impur mais plutôt comme un symbole de la fertilité féminine.
Les femmes étaient en effet considérées comme créatrices de vie, reliées aux déesses.

Dans cet article, je te présente le fruit de mes recherche autour des rituels, issus de la tradition celtique, avec le sang des règles.
Ce que j’aimerais mettre en avant, c’est que ces rituels n’avaient rien à voir avec la magie, les images sulfureuses que des siècles de christianisme ont fait naître autour de tout ça.
Ils sont au contraire comme tu verras un hymne à la vie !

 

Ce qui nous reste de la tradition celtique

 

 

Tout d’abord je voudrais partager avec toi une considération.
Quand on recherche des rituels issus de la tradition celtique il faut considérer trois limites.

1) La tradition celtique est une tradition orale, donc nous n’avons pas de traces écrites qui nous permettent d’établir avec certitude ce que les rituels peuvent avoir été.

2) Elle a subi une vaste répression par le christianisme (massacre des païens qui continuaient leurs pratiques).

3) Ce qui avaient résisté à la première vague de répression et qui persistait dans le folklore européen a été balayé par la chasse aux sorcières des siècles 14ème au 18ème !!!

Donc à chaque fois qu’on parle de rituel celtique c’est plutôt quelque chose qui s’inspire à ce qui aurait pu être à cette époque.
La tradition nordique ayant été davantage épargnée (christianisation plus tardive), beaucoup de rituels attribués au celtes ont en réalité une origine nordique, qui était proche mais pas identique.
D’autant plus qu’avec la Wicca et autres courants païens, on a mis toutes ces traditions dans le même chaudron !

L’autre pilier sur le quel on peut se baser est notre mémoire.
Les celtes ont vécu pendant 1500 – 2000 sur nos terres.
Nous portons donc une forte mémoire de ce qu’ils ont laissé, qui se retrouve dans notre culture, notre folklore quand on cherche bien 😉 .
A partir de ça, en méditant dessus et en demandant de l’aide aux esprits, aux déesses, nous pouvons nous souvenir.

Les rituels

 

Tout d’abord le sang menstruel est considéré comme une puissante protection.
Les prêtresses le mettaient sur leurs objets sacrées, l’utilisaient pour modeler des talismans avec la terre cuite et le sang, sur lesquels les symboles sacrés étaient inscrits.

Le sang pouvait aussi être utilisé pour par exemple sceller la porte d’entrée d’une maison ou étable pour que les mauvais esprits ne rentrent pas (souvent mélangé à des potions d’herbes protectrices).  On récitait des incantations en même temps et on pouvait graver des symboles sur le seuil de la porte.

Il faut considérer que chez les celtes, les femmes avaient une importance sociale très élevé, contrairement au monde romain par exemple.
Elles pouvaient posséder des terres, divorcer.
La virginité n’était pas une valeur comme chez les chrétiens, car elle ne portait pas à la procréation qui était importante à cette époque. Même les prêtresses pouvaient avoir des enfants.
Donc forcément le regard porté sur le sang menstruel était différent, il était fluide porteur de vie et aucunement impur comme dans d’autres traditions.

Des potions purificatrices à base d’argile (ou autre terre), plantes, et sang menstruel étaient utilisées pour s’enduire le corps avant de plonger dans l’eau (bassine ou rivière) pour se purifier, avant par exemple une cérémonie, un acte divinatoire, etc.

Les potions divinatoires à base de plantes qui donnent un état de conscience altéré était très probablement mélangées à du sang menstruel.

Le sacre du roi

 

Le sang des prêtresses était considéré comme encore plus sacré que celui des autres femmes. On sait aujourd’hui que le sang menstruel a un niveau vibratoire très élevé.
Celui de ces femmes devait donc l’être d’autant plus. En effet leurs pratiques spirituelles augmentaient considérablement leur niveau énergétique global.
(Jeûne, méditation, rituels, travail avec les plantes, ..)

Dans les îles britanniques, être marqué par le rouge signifiait que la personne était choisie par la déesse.
Le mot celtique «ruadh» signifie en effet à la fois rouge et royal.
Cela peut nous laisser imaginer que dans le sacre du roi, il y a avait aussi une « onction » avec le sang de la Grande Prêtresse. Certain.e.s pensent même à une boisson qui en contenait.
Ce n’est qu’une supposition, mais qui n’a rien de fantastique !
On sait en effet qu’on devenait officiellement Roi en s’unissant sexuellement avec la Grande Prêtresse en tant que représentante de la Déesse de la Souveraineté.

La Déesse et la Terre pour les Celtes étaient la même chose.
Le Roi s’unissait symboliquement à sa Terre pour être consacré.
C’est donc possible que l’union ait eu lieu pendant les saignements de la Prêtresse. Qu’elle lui ait par exemple dessiné sur le corps des symboles avec son sang. (D’où l’expression d’être marqué par le rouge). Ou même préparé une potion à boire.

Il faut considérer que pour les Celtes tout commençait dans l’obscurité et la mort symbolique. Par exemple l’année commençait à la saison obscure début novembre avec Samhain, qui a donné la fête des Morts. Toute initiation symbolique, pour devenir druide.sse ou roi.reine, commençait par des épreuves. Elles permettaient de traverser la mort de l’ego pour mieux servir les dieux et les déesses.
Je crois que c’est dans ce sens là qu’il faut lire ce rituel d’intronisation.
Ça renforce donc l’idée de l’union sexuelle pendant les règles – mort symbolique.

Donner à boire le sang menstruel à l’homme aimé c’est une façon très puissante de sceller l’union.
Attention car le lien reste pour toujours tant que notre corps existe, même après séparation. Mieux vaut donc bien choisir à qui on le donne à boire 😉 !

D’autres mémoires …

 

Dans la tradition germanique, les œufs de la déesse Eostre étaient traditionnellement colorés en rouge et déposés sur des tombes pour nourrir les morts pour l’au-delà.
On peut imaginer encore une fois qu’au début les œufs étaient trempés dans du sang menstruel. (Car l’œuf est bien sûr un symbole de la force de création de la femme). Et que le sang était donné à la Terre pour nourrir la nature, mais aussi le morts, les esprits, etc. Et cela chez les Celtes aussi probablement.

Une fois que la femme était ménopausée, on considérait que le sang menstruel ne sortait plus d’elle, mais restait dans son corps. Elle grandissait donc en puissance et sa parole devenait d’autant plus dispensatrice de sagesse.

Un symbole qui peut nous renvoyer à l’importance que le sang féminin et les organes génitaux de la femme avaient chez les celtes sont les Sheila-Na-Gig. Il s’agit de haut-reliefs de femmes montrant leur vulve ouverte.
Les Sheila-Na-Gig se trouvent sur les portes des tours médiévales, maisons, églises et puits saints en Irlande et Angleterre. On estime que plus d’une centaine existent encore aujourd’hui.
Même si on ignore leur rôle (protection, dissuasion, …) les historiens sont pour la plupart d’accord sur le fait qu’elles sont un héritage des représentations païennes qui existaient dans les îles britanniques au temps des celtes, transportées dans le monde chrétien médiéval.

Les couleurs blanc et rouge étaient très présentes dans les rituels pour la fertilité. Probablement rouge pour le sang menstruel et blanc pour le sperme.
Ces deux fluides qui symbolisaient les deux forces qui régissent le monde et de leur équilibre tout découlait.
A Avalon il existe deux sources sacrées majeures (une rouge, une blanche).

Rituel avec l’armoise, l’argile, l’eau et le sang des règles

 

Pendant les règles la frontière entre la conscience et l’inconscient et plus subtile. Il est plus facile d’avoir des visions, des révélations venant de notre sagesse profonde.

Ce rituel permet de faciliter les rêves qui sont l’accès à notre vérité profonde pendant la nuit.
Il est donc à pratiquer avant de se coucher.
Il réunit l’armoise, plante maîtresse de la période menstruelle, porteuse de vision, les deux éléments féminins, la terre et l’eau et ton sang.

Prépare une infusion d’armoise assez concentrée. Utilise-la pour préparer un cataplasme d’argile rouge. Ajoute un peu de ton sang menstruel.
Recouvre ton corps tout entier, cheveux compris par ce cataplasme.
Masse toi longuement pour bien faire pénétrer les substances actives dans ta peau (c’est en même temps un excellent soin pour la peau).
Ensuite rince abondamment sous la douche.
Enveloppe-toi dans un tissu ou peignoir douillet et couche toi aussi tôt.
Tes rêves seront intenses et révélateurs !

 

Et maintenant ?

 

Qu’est-ce qu’il nous reste après la christianisation du monde celte ?

En opposition aux Déesses païennes qui célébraient le sang menstruel dans les rites, la Vierge ne saigne pas tous les mois. Elle est « pure ».
Le sang menstruel est donc revenu à Marie Madeleine qui d’ailleurs aurait été enseignée aussi selon les rites celtes.
Est-ce le chemin pour renouer avec ces rites de la tradition celtique ? 😉

 

 

crédit image : https://magdalenmysteryschool.com/

 

 

Panier
Il n'y a pas de produit dans le panier !
Continuer mes achats
0