L’harmonie féminine selon Marie-Agnès Naturel

L’harmonie féminine selon Marie-Agnès Naturel

Qu’est-ce que les mots « harmonie féminine » évoquent pour toi ?

Une femme en chemin vers elle-même… Une femme qui découvre ses talents et son énergie créatrice, qui apprend à se respecter véritablement et qui avance dans sa vie et le monde dans l’écoute de qui elle est… authentique et reliée à la force de sa profonde féminité !

L’harmonie féminine est le chemin de beauté de la femme parce qu’elle entend au creux d’elle-même l’appel de toutes ses composantes féminines.
Portée par l’élan de son cœur et sa réceptivité de femme, elle harmonise ses contradictions avec elle-même et ce qui l’entoure. Elle devient… elle est !

Trois conseils que tu donnerais aux femmes pour atteindre cette harmonie ?

Tourner son regard vers l’intérieur, regarder en soi avec détermination et confiance pour laisser émerger les faces cachées des différents visages que nous portons en nous. On ne peut accueillir que ce qui est visible.

S’ouvrir à l’intime de sa féminité, devenir curieuse de son corps, de son cycle, de sa profondeur, du sacré en soi.
Et partager ! Les femmes ont le besoin de partager pour être en équilibre. Quand les femmes se rassemblent, elles échangent sur les relations et ainsi elles se soutiennent. Les femmes ont toujours partagé : dans les tribus autochtones mais aussi autour du lavoir !

Vivre à nouveau l’esprit de femme entre femmes est une richesse à découvrir qui ne peut se comprendre que dans le vécu de l’expérience. Alors nous découvrons que nous ne sommes pas seules avec nos souffrances et nos difficultés de femmes, ainsi nous ré-apprenons la valeur de la sororité et de l’entraide.

Et trois erreurs à éviter ?

Ne pas oublier que son jardin intérieur se cultive chaque jour et que le chemin de la vie est un mouvement, ce qui signifie que rien n’est figé, tout bouge et se transforme. Un proverbe tibétain que j’aime beaucoup résume bien cette idée. Il dit « quand tu arrives en haut de la montagne, continue à grimper ».

Quand on accepte l’idée que rien n’est jamais acquis dans la vie, il est plus facile de rester dans la joie d’être et l’harmonie en soi même s’il y a une tempête dehors ! Et quand la tempête est trop forte, on sait qu’il y a un moment ou elle va s’arrêter et on découvre plus tard que nous avons grandi en conscience grâce à cette tempête.

Alors autant accepter que nous sommes vulnérable et que cela n’est pas une faiblesse mais plutôt une condition de l’état d’être humain, non ?

Quelles ressources une femme peut trouver dans ton accompagnement ?

En tant que thérapeute, je propose une approche globale de l’être qui prend en compte les besoins du corps mental, émotionnel et énergétique afin d’envisager l’harmonisation de tous les niveaux de l’Etre. Nous sommes tous en quête du bonheur. Personnellement, je ne crois pas en cette notion d’atteindre le bonheur mais plutôt en la possibilité de maintenir un état d’harmonie en soi en apprenant à se reconnaître dans toutes ses facettes et à cultiver l’amour afin d’ouvrir un espace intérieur qui nous relie à notre identité véritable. Cela est tout aussi vrai pour les hommes que pour les femmes. Cependant, il me semble que les femmes ont des qualités propres en terme d’écoute, de réceptivité, d’intériorité qui facilitent l’accès à des dimensions plus profondes. Par leur auto-guérison elles peuvent aider les hommes à découvrir des potentialités identiques en eux. Voila pourquoi j’accompagne les femmes sur ce chemin de retrouvailles avec elle-même en leur transmettant ce que j’ai moi-même découvert au cours de mon voyage intérieur.

Marie-Agnès Naturel

Psychologue-thérapeute psycho-corporelle, initiée au chamanisme et à diverses approches énergétiques, mon chemin m’a conduit vers le soin par le son où j’utilise tambours et bols chantants tibétains. Un second axe de mon travail est l’accompagnement des femmes à la reconnexion de leur profonde féminité.

marie-agnes.naturel@wanadoo.fr
06.68.40.74.24

En mars 2017 démarre un nouveau cycle d’enseignement du conseil des Gardiennes des 13 Lunes. Transmis dans les traditions amérindiennes depuis des millénaires, ce cercle de femmes vous invite à retrouver le sens du sacré, de la joie intérieure et de la beauté de la féminité. Une fois par mois pendant 13 Lunes nous nous retrouvons pour rencontrer une vertu féminine issue de la connaissance et la sagesse des Grands-Mères indigènes porteuses des vérités universelles de la profonde féminité. C’est un processus d’auto-transformation qui favorise et soutient la guérison des blessures et des mémoires de souffrances.Suivre le conseil est une formation de vie ! C’est un enseignement qui amène à la renaissance du Soi en se laissant toucher par la vie.

L’harmonie féminine selon Emmanuelle Duschesne

L’harmonie féminine selon Emmanuelle Duschesne

Qu’est-ce que les mots harmonie féminine évoquent pour toi?

Ces mots m’évoquent une image lisse et policée, un modèle ancien qui dit que les femmes doivent être douces, avenantes, « harmonieuse » justement. Mais ‘à force de vouloir rentrer dans le moule, on devient tarte. ‘
Se contenir, se retenir, se conformer, se contrôler, tout cela est épuisant. Et ce n’est ni fluide, ni harmonieux.
Je me retrouve donc davantage dans la femme qui oser troubler l’ordre établi, qui laisse sortir ses émotions, même chaotiques, qui dit tout haut ce que tout le monde pense tout bas, celle qui ne retient pas son intensité et ses passions. La femme sauvage, la sorcière.

L’harmonie pour moi, c’est l’acceptation totale de soi ; sans critiques, jugements, comparaisons.

L’harmonie vient quand la colère est passée, et que les grandes marées ont nettoyé les vestiges d’un passé subi. Alors là, les choses se vivent dans l’instant, de façon libre, spontanée et fluide.

En dépassant notre peur de déranger, blesser, rejeter, etc, l’amour et la bienveillance peuvent circuler de façon réellement authentique et sincère.

Évidemment cela ne se fait pas tout seul du jour au lendemain. Il y a une phase d’apprentissage de ce nouveau fonctionnement pour dépasser notre peur d’être maladroite, blesser etc.

Deux conseils pour cette transition/apprentissage :

1- Prévenir : « Je suis d’humeur massacrante. », « Je suis en colère contre toi », et de demander si l’autre est prêt ou pas pour recevoir une tornade émotionnelle. S’assurer que l’autre sera témoin d’une libération d’énergie retenue, un phénomène plutôt que des reproches, demandes etc. Qu’il/elle est capable de ne pas prendre ces choses personnellement.
À ma grande surprise quand je fais cela : mon partenaire est touché ; attendri ou excité, la situation se retourne et l’amour et la tendresse jaillissent.

Vous vous demandez peut-être pourquoi ? Comment cela est possible ?

Dans ce moments là, votre interlocuteur ne perçois plus de décalage entre ce qu’il y a à l’intérieur de vous et ce que vous montrez. Dans un sens cela est rassurant. Pour peu qu’il-elle ai assez confiance en lui-elle pour ne pas prendre les choses comme une attaque personnelle, iel toutes les raisons d’aimer aussi toute notre passion et nos émotions, si ce n’est ; nous aime POUR cela AUSSI.

Attention, il y a une différence entre se plaindre, blâmer, critiquer, culpabiliser, manipuler et laisser l’autre voir/sentir nos émotions, les laisser nous traverser comme un feu d’artifice flamboyant, qui passe aussi vite du rouge feu eu bleu nuit.

Cela nécessite d’accepter les choses et accepter les émotions qu’elle génèrent plutôt que d’essayer de les changer.

2 : Apprendre à faire amende honorable.

Reconnaitre nos parts de responsabilité, maladresse, vulnérabilité, ignorance etc.
C’est ainsi que nous mettons en lumière nos parts d’ombres ; hontes, doutes, culpabilités, peurs etc.
Le plus vite et le plus souvent c’est le mieux.
C’est ce qui permet de développer la conscience, le courage d’être vulnérable et cela créer de la connexion, une meilleur connaissance de soi et de l’autre, amène au dialogue. En gros cela ‘lubrifie’ nos relations, nos transitions et prépare le terrain pour la suite.

Trois conseils que tu donnerais aux femmes pour atteindre cette harmonie ?

1 – Sois en contact proche avec tes désirs, sans limites, sans contraintes, sans se poser la question du comment, du possible etc. 100% PUR DÉSIR !
Fais des listes, exprimes-les, partages-les, vautres-toi dedans, badigeonnes-en toi !
Découvre le plaisir purement gratuit de rêver, désirer, fantasmer.
Observe comment il modifie notre mental, sensations & émotions.
Le cœur et la poitrine se gonflent, un sentiment de légèreté, des ailes qui nous poussent, le vent qui souffle dans nos voiles devant l’horizon des possibles.
C’est l’énergie optimiste qui vient se mettre à disposition pour poser des premières actions.
Le but n’est pas l’arrivée au bout du chemin ; c’est de se mettre en marche. C’est ce que le désir fait. En appréciant le fait de désirer, en aimant désirer, il est plus facile de lâcher-prise sur l’objet du désir et laisser l’univers et ses surprises entrer en jeu !

2 – Cultive la gratitude et la célébration de tout ce que tu aimes & apprécies dans ta vie. Des plus petites choses aux plus grand accomplissement. C’est une façon de dire à l’univers : j’accepte, je reçois, j’accueille, ces choses sont les bienvenues chez moi, elles sont reconnues, elles ne sont pas taboues mais aimées et célébrées.

3 – Vois le plaisir comme un carburant : vivre du plaisir c’est nourrir tes papilles, tes pupilles, ta peau, tes oreilles. Cela ouvre le cœur, ravive le corps, met de bonne humeur, de la joie & de l’entrain.
Nous sommes habituées à être productives, mais si notre réservoir de carburant est vide, la voiture n’avance pas : cultiver la gratitude, le désir et SURTOUT se donner du PLAISIR de façon complètement gratuite. C’est ainsi qu’on remplit notre réservoir de carburant. C’est ainsi que nous pouvons ensuite acquérir de la puissance dans nos actions, inspirer et motiver les autres à nous aider, contribuer et ainsi réaliser plus de choses plus vite.

Tout cela va à l’encontre de notre éducation/culture où « il faut bien travailler », « Ça se mérite en travaillant dure », « On ne peut pas avoir le beurre et l’argent du beurre », « On ne peut pas avoir tout ce que l’ont veut. ».
Remplaçons tout ces systèmes de croyances limitants par  des croyances au service de notre puissance :

« Ils ne savaient pas que c’était impossible, alors ils l’ont fait.” de Mark Twain

« Derrière chaque peur, il y a un désir. »
« Viser la lune pour atterir dans les étoiles. » Oscar Wilde

« Il n’y a pas d’échec qui n’y a que des apprentissages. » (http://www.loptimiste.org/histoires/echecetreussite.html)
« Un problème, c’est une ressource de plus qui va bientôt se révéler. »
« 
Heureux soient les fêlés car ils laisseront passer la lumière » Michel Audiard.

 

Et trois erreurs à éviter ?

1 – Subir plutôt que de choisir. C’est ne pas savoir dire non, se laisser envahir par les autres et s’oublier soi-même. Vouloir satisfaire les autres, plaire à tout le monde. Se sur-adapter, se plier, prendre sur soi, encaisser, refouler etc. Entraînez-vous à dire non si besoin avec des ami-e-s. Demandez à votre entourage de vous y aider.

2 – Faire passer son plaisir après les ‘priorités’. Votre plaisir EST votre priorité car vous êtes plus efficace et plus chanceuse quand vous êtes comblée !

3 – Confondre désirs réels et désirs de compensation.

> C’est quand on désire juste le goût du gâteau, une petite bouchée pour ravir nos papilles, qu’on se retient, tant et si bien qu’on craque et qu’on mange tout le gâteau en représailles.
> C’est quand j’ai besoin de faire une sieste, prendre un bain, tout laisser en plan et dormir, me ressourcer, prendre des vacances, voir mon chéri, et qu’à la place je prends des vitamines, de la caféïnes pour ‘tenir’. C’est la recette du burn-out assuré.
> C’est quand je me dis que mon désir est impossible, prétentieux, trop et que je me rabat sur autre chose. Exemple le mec sympa plutôt que le mec dont je rêve la nuit.
> C’est quand je n’ose pas, je pense ne pas mériter, ce gros câlin, ce massage, c’est quand je ne sais pas recevoir, briser la glace, oser exprimer mon désir à une personne, et je fume un pétard ou descends la bouteille de vin pour me détendre.

Quelles ressources une femme peut trouver dans ton accompagnement ?

  • Un accompagnement en ligne, en privé ou en groupe, pour tout les budgets.

  • Une communauté de personnes sur le même chemin avec qui échanger, partager & pratiquer en personne (selon les lieux) ou en ligne.

  • Des ressources traduites en Français venues des États-Unis quasi-inconnues en France.

  • Des pratiques simples, agréables à faire et réalistes pour les intégrer dans son quotidien.

  • Une liberté de penser et une absence de jugements.

 

Une ligne pour la décrire :

Emmanuelle Duchesne intègre les principes de la Méditation Orgasmique et de la PNL pour se connecter au corps, au sexe, au coeur de manière positive & authentique.
Elle propose des enseignements et une approche unique de la communication, de la sexualité, du désir et de l’orgasme !

Emmanuelle Duchesne

0664032736
emacitad@gmail.com
www.meditationorgasmique.com
ma dernière newsletter http://eepurl.com/ckeYHH

Ateliers ou stages à venir :
Animations près de Cannes le 8 Novembre soir pour les femmes, le 9 Novembre après-midi pour les couples, et le 10 Novembre pour les hommes.
Contribution libre me contacter directement pour plus de renseignements.

 

L’harmonie féminine selon Efféa Aguiléra

L’harmonie féminine selon Efféa Aguiléra

Efféa Aguiléra,  éveilleuse de l’intelligence corporelle, accompagne les femmes à vivre pleinement le potentiel de force et de joie de leur périnée.

Qu’est-ce que les mots « harmonie féminine » évoquent pour toi ?

L’harmonie féminine pour moi c’est de se sentir en joie et en paix avec soi-même, en dedans de soi tout d’abord, au calme et en fluidité dans son cœur, en joie dans son cœur, en reliance avec les éléments, la lune, le soleil, la nature, en connexion Terre-Ciel-Cœur. Bien sûr, la vie nous chahute, parfois même assez fort et notre équilibre peut s’en trouver modifié voire bousculé. Ces moments au cœur de notre vulnérabilité sont pour moi les plus importants car retrouver notre harmonie intérieure dans le chahut ou après le chahut est un choix du quotidien, un regard intérieur, un état d’être. En se connaissant de mieux en mieux, en ayant explorer nos cycles, nos besoins, nos joies et nos peurs jours après jours, c’est à cette harmonie féminine faite de mouvement et de cycle que nous pouvons nous relier pour nous retrouver dans la joie toute simple du « en dedans de soi ». Et bien sûr, l’harmonie féminine, c’est aussi d’être en relation fluide avec les femmes et avec les hommes, en nous observant nous-mêmes sans nous juger et dans un regard de bienveillance avec ceux que nous côtoyons.

 

Trois conseils que tu donnerais aux femmes pour atteindre cette harmonie ?

– faire le choix de l’harmonie, surtout quand elle n’est pas là, sans fuir ce qui se présente et sans contrôle. Juste un choix intérieur, doux, bienveillant et patient.
– accepter nos cycles et les variations corporelles, émotionnelles et intuitives qui vont avec.
– s’offrir des moments de pleine conscience et de respiration, même courts, plusieurs fois dans la journée et danser, chanter en conscience aussi souvent que possible.

Et trois erreurs à éviter ?

– croire que nous sommes des « hommes en moins bien » et tenter de rivaliser ou de se challenger
– se délaisser ou même se fuir pour plaire (ou même pour se plaire) ou pour paraître
– attendre des autres ce que nous ne sommes pas en mesure de nous offrir à nous-mêmes

Quelles ressources une femme peut trouver dans ton accompagnement ?

Dans mon accompagnement, que ce soit en groupe ou un individuel, une femme peut trouver de l’écoute, une invitation à la présence à elle-même, à son authenticité, à sa vérité. Dans mon approche pour le périnée féminin en particulier, j’ai à cœur que les femmes contactent et retrouvent leur plein pouvoir, leur force (et celle de leur périnée !), leur mobilité, le plaisir et aussi la confiance en elle-même. Il me tient à cœur d’offrir la connaissance de façon à ce qu’elles aillent toujours vers plus d’autonomie et qu’elles vérifient ainsi leurs croyances. C’est sans doute cela le plus important en effet, dans mon approche, la possibilité d’explorer par le corps les grands principes du corps humain pour ne plus être ballottée d’une croyance à une autre. Et puis, j’aime que ateliers et stages soient des lieux de douceur, rythmés par des rituels et de la danse en cercle… de vrais temps de ressourcement pour chacune et toutes ensemble !

Une ou deux lignes pour te décrire :

Je m’amuse à dire que je suis la dame de cœur du périnée car j’accompagne les femmes à retrouver force et joie dans cette partie si importante de leur féminité.

Efféa Aguilera1ère de couv. Grande

www.effeaaguilera.com
effea.aguilera@free.fr
09 81 99 24 86

Livre :
« Rituels de femmes pour découvrir le potentiel du périnée » aux éditions Le Courrier du Livre

Ateliers ou stages à venir :
Cycles de 6 ateliers “Découvrir le potentiel du périnée” de fin septembre à avril, l’un à Sèvres (92) et l’autre à Genève