Le Repos Sacré : abandonnez-vous à votre hiver intérieur

Le Repos Sacré : abandonnez-vous à votre hiver intérieur

Donnez-vous l’autorisation de vivre pleinement vos règles – votre hiver intérieur !
Vous recevrez de nombreux cadeaux : bien-être physique et émotionnel, une grande présence à vous même, le sentiment profond de paix, d’unité.
Pour vivre tout cela il est pourtant indispensable de vous accorder le Repos Sacré !

 

Le Repos Sacré de la Femme

Ma mère m’a toujours raconté avoir été dispensée de gym à l’école quand elle avait ses règles. Elle en rigolait comme d’une appréhension presque moyenâgeuse qui entourait le cycle féminin. A cette époque là on ne se baignait pas à la mer pendant le cycle, on ne dansait pas.
Pour ma part, pas de dispense – j’étais bien obligée de faire mes cours de sport même quand mes lunes étaient là et que j’aurais préféré rester bien au chaud, bouillotte sur le ventre.
Qu’en est-il en vérité ?
Bien sûr, les règles ne sont pas une maladie. Et non, nous ne sommes pas indisposées quand elles sont là (au contraire je me trouve plutôt bien disposée pendant mes lunes en comparaison à la période pré-mestruelle 😀 ). Je comprends donc la réaction des femmes de la génération de ma mère, soulagées que ce tabou autour du cycle ait été levé.
Mais s’accorder un véritable repos n’a rien a voir avec un retour en arrière ! L’idée n’est pas de montrer à la femme ses vulnérabilités comme des faiblesses que l’homme n’a pas. Le véritable repos se fait par choix, la tête haute, le coeur ouvert à l’autre qui prendra le relais de nos activités pendant les quelques heures ou jours où nous allons explorer un autre monde – notre intérieur.

Un besoin physiologique

Même si bien des femmes rigoleront à ces propos, le besoin de repos est physiologique.
Pendant nos lunes, la production d’hormones féminines (oestrogènes, progestérone) est au plus bas. Cela entraîne une baisse des hormones qui nous donnent tonus, énergie et motivation, comme la dopamine. En revanche, sont produites en plus grande quantité les hormones comme le GABA qui calment notre système nerveux en induisant un état de relaxation, une baisse de la tension artérielle et une besoin accrue de sommeil (1).

Prétendre travailler et être en action de la même façon tout le mois durant est tout simplement anti-physiologique ! Notre corps n’apprécie pas que l’on aille à l’envers de sa tendance naturelle pendant 40 ans. Il le manifeste d’ailleurs avec plusieurs symptômes – fatigue, déséquilibres hormonaux, fragilisation de la santé.

Alors, êtes-vous prêtes à travailler moins, vous occuper différemment de votre maison et vos enfants, à sauter un cours de sport, à décliner une invitation pendant vos règles ?

 

Mon expérience

Si je vous partage cette question, c’est parce que je n’ai pas toujours respecté les besoins de mon corps en fonction des phases de mon cycle.
Comme la plupart des femmes, j’ai pris la pilule pendant ma jeunesse. Cette pilule qui, en plus de protéger mes relations intimes, avait aussi le mérite de bien gommer toute la richesse d’expressions corporelles et émotionnelles dont le cycle me faisait cadeau. Dans cette linéarité fictive, je pouvais ignorer toute demande de repos.
Je faisais pas mal de sport, je travaillais, je sortais avec les amis tout le mois durant.
Et périodiquement je me sentais épuisée, sans comprendre pourquoi :-O.
Dès que j’arrêtais la pilule, les douleurs de mes règles me rappelaient que quelques choses n’allait pas dans mon rythme.
Et à chaque fois que je posais la question autour de moi, la seule réponse obtenue était “c’est normal d’avoir mal. Reprenez la pilule, ça vous aidera”.

Et puis un jour …

Et puis comme nous toutes j’ai grandi, j’ai vieilli, j’ai lu, j’ai entendu, j’ai écouté aussi.
J’ai arrêté la pilule. J’ai eu des enfants. J’ai rencontré d’autres femmes qui étaient sur le même chemin.
J’ai regardé mon corps non plus comme un être à discipliner mais comme un ami à accueillir.
Et j’ai commencé à m’accorder du repos pendant mes règles.

Parfois un jour entier. Parfois quelques heures. Un peu plus de sommeil. Un peu moins de travail, d’activité physique.

En échange de ce lâcher prise, le Repos Sacré m’a apporté des cadeaux.
Mon cycle tout d’abord, vécu librement et sans hormones artificielles depuis 13 ans maintenant est juste comme je le souhaite. Régulier, sans douleurs ni trop de pertes (il se modifie quand même depuis que je suis dans la quarantaine, mais ça c’est une autre histoire ! )
Je me sens également beaucoup plus en accord avec ma féminité. Je respecte mes besoins. J’apprends petit à petit à dire non quand ce n’est pas juste.
Je laisse les principes rigides pour accueillir davantage le bon sens.
Et j’accueille la guidance que mon cycle et mon intuition m’apportent !

Je suis loin d’avoir tout compris, tout intégré.
Mais heureusement j’aurai encore quelques années de cycle devant moi avant la prochaine grande étape initiatique que sera la ménopause.

Quelques idées pour vivre le Repos Sacré en étant une femme active

  1. Autant que possible j’essaie de bloquer dans l’agenda la journée où mes lunes arrivent (ou au moins un des jours qui suivent, ou quelques heures – c’est toujours mieux que rien !).
  2. Je cuisine le moins possible – je délègue, je réchauffe les restes, je fais au plus simple !
  3. Une balade méditative en forêt me recharge en profondeur alors que le cours de sport me fatigue encore plus – le choix est assez simple à faire 😉
  4. Je sensibilise mon entourage. J’informe mon compagnon et mes enfants quand mes lunes sont là. Chaque mois je glisse dans la conversation l’info que j’ai davantage besoin de me reposer. Je propose des activités calmes aux enfants.
  5. Mon corps me demandant naturellement de dormir davantage, j’essaie de me coucher un peu plus tôt que d’habitude. Si la fatigue est vraiment présente, je m’autorise éventuellement à ne pas partager le lit avec mon compagnon pour être sûre de ne pas être réveillée !
  6. Je me chouchoute avec des tisanes (essayez ortie/achillée/mélisse ! ), de l’eau chaude, des soupes s’il fait froid.
  7. Je profite du calme pour méditer, tirer des cartes, écrire … La frontière entre conscient et subconscient étant beaucoup plus subtile, je reçois souvent des messages sur des projets à mettre en place dans les semaines qui suivent, des réponses à me questionnements. Et ce lâcher prise remet à sa place le mental qui s’est souvent affolé pendant les jours qui ont précédé les lunes.

 

Avez-vous envie d’essayer et de me partager votre expérience ?
Je serai heureuse de recevoir vos commentaires et témoignages.

Serena.

Mes propositions pour vous accompagner

🌸

Retraites féminines Reliance

3 stages en résidentiel
12-14 avril Femme Cyclique
26-28 juillet Femme Guérisseuse
4-6 octobre Femme Sacrée

🌸

Cercles de Femmes – Le Cycle Sacré de la Femme

Un cycle pour explorer les 4 femmes du Cycle Sacré : Celle qui Sait, Celle qui Fleurit, Celle qui Aime, Celle qui Voit.
février à juin 2019

🌸

Accompagnement individuel Femme Eveil

l’épanouissement de votre féminin

🌸

Livre “Rituels de femmes pour explorer les secrets du cycle féminin” ed. Le Courrier du Livre

Serena Zigrino Auteure Livre Rituels de Femmes pour explorer les secrets du cycle féminin

 

Sources :
(1) www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4793919/

40 ans : pourquoi notre réponse au stress change et comment ajuster notre vie !

40 ans : pourquoi notre réponse au stress change et comment ajuster notre vie !

Entre 40 ans et 50 ans vous pouvez vous sentir physiquement et émotionnellement différentes de ce que vous avez connu auparavant.
Vous pouvez avoir la sensation de faire face au stress moins facilement.
D’être par moment à fleur de peau, avec une sensation de fragilité que vous ne connaissiez pas avant.
Votre sommeil peut être moins récupérateur, parfois perturbé. Et une nuit blanche ou juste plus courte se révèle beaucoup plus difficile qu’il y a quelques années.

Rassurez-vous, vous n’êtes pas la seule ! Pendant cette dizaine de notre vie, nous avons 3 fois plus de probabilité d’avoir des problèmes de stress, insomnie, anxiété et même dépression.

Pour ma part, j’ai 43 ans, et je me rends compte par exemple que j’ai plus de difficulté à être dans l’action. Je suis obligée de m’accorder des temps de récupération plus importants qu’avant. Mes archétypes d’intériorisation prennent lentement mais sûrement le dessus sur ceux de l’action !.
De même je m’inquiète plus qu’avant pour les enfants, pour tout ce que j’ai à gérer, etc.

40 ans et la baisse de progestérone

En fait, vous êtes – nous sommes ! – tout simplement en train de nous préparer à cet évènement majeur de notre vie qui est la ménopause !
Concrètement, après nos 40 ans, même si nous sommes toujours fertiles et tout se passe bien dans nos cycles, notre production hormonale commence à se modifier. Et en particulier, la production de progestérone.

Pour rappel, la progestérone est une hormone produite par les ovaires après l’ovulation.
Cette hormone a une influence considérable sur notre axe hypothalamo-hypophyso-surrénalien (axe HHS), c’est à dire la commande “centrale” du cerveau sur nos surrénales – glandes qui gèrent notre réponse au stress.
En effet, la progestérone permet tout d’abord la production de nouvelles terminaisons nerveuses dans l’hippocampe qui gère cet axe HHS.
Et deuxièmement la progestérone est convertie en une hormone appelé allopregnanolone qui agit sur nous un peu comme un valium naturel :-O en réduisant par exemple la production de cortisol, hormone du stress.
Donc, pour résumer, la progestérone protège notre système nerveux et équilibre notre gestion du stress.

Vous comprenez donc qu’à partir de 40 ans, la progestérone étant produite en moindre quantité, nous sommes moins protégées vis à vis des stress, ce qui nous donne une sensation d’être plus fragiles.

 

Deux considérations

Ces effets peuvent être difficiles à vivre dans une société où on a l’illusion de devoir être toujours au top !
Mais il y a tous d’abord deux considérations à prendre en compte.

Premièrement, c’est i-né-vi-ta-ble ! Nous ne sommes ni les premières ni les dernières femmes à avoir des changements hormonaux après 40 ans.
Avant de nous précipiter sur les compléments alimentaires, plantes, etc. qui nous permettent de mieux dormir, gérer nos émotions, faire face à l’énorme quantité d’activités que nous gérons, il me semble important de faire une travail d’acceptation de ce cycle naturel.
Nous allons ainsi trouver la réponse probablement dans un plus grand détachement vis-à-vis des stress extérieurs, dans une écoute plus bienveillante de notre besoin de repos. En tout cas, c’est ce que les archétypes dominants dans notre deuxième partie de vie nous demandent !
Nous finissons par intégrer la sagesse de la tortue 😉

Deuxièmement, les choses vont quand même s’améliorer après la ménopause. En effet, les surrénales finiront par prendre le relais des ovaires et commenceront à produire un peu de progestérone. Et notre corps et cerveau finiront par s’adapter à la moindre quantité de cette hormone.

Et en attendant, que faire ?

40 ans : comment ajuster votre vie !

 

  1. La première chose à faire est probablement d’ajuster votre style de vie pour que les situations qui génèrent du stress soient moindres. Cela peut vouloir dire moins remplir l’agenda, rentrer 15 minutes plus tôt du travail pour pouvoir se poser un tout petit peu, prendre un bains chaud de temps en temps, marcher dans la nature. Pour celles qui ont des enfants, arrêter de tout vouloir gérer et faire les choses à leur place ( tiens, tiens ça me parle ça 😉 ) !
    L’Enchanteresse (archétype qui prédomine à partir de 40 ans, voir plus bas) est claire là dessus : il faut faire du tri dans notre vie !
  2. Apprenez des techniques de gestion du stress : relaxations, visualisations, respiration …
  3. Vous pouvez soutenir votre production hormonale tout naturellement avec des plantes. Cela ne veut pas dire que votre taux hormonal reviendra celui de vos 20 ans 😉 néanmoins les plantes peuvent apporter à notre corps les micro-nutriments dont il a besoin pour fonctionner correctement jusqu’au bout ! Alchémille, achillée millefeuille, igname sauvage, vont aider si prises en deuxième partie du cycle pour produire la progestérone en bonne quantité. Les plantes adaptogènes quant à elles vont soutenir l’axe HHS.
  4. Une supplémentation en Magnésium+B6 est presque indispensable :-O !
  5. Faites de l’exercice régulier – il est prouvé que cela maintien un profil hormonal correct. Certaines pratiques comme l’hormone yoga, luna yoga, qi gong de la femme sont particulièrement indiquées car elles ont été conçues pour travailler sur les hormones. Mais globalement, toute sorte d’exercice physique sera bénéfique.
  6. Dormez une quantité d’heures suffisante et de qualité : le sommeil joue un rôle important dans la production hormonale – dormir aide à éviter le déséquilibre de l’axe HHS qui module notre réponse au stress.
  7. Rééquilibrez votre alimentation ! Introduisez un max de légumes verts, de superaliments, de micro-nutriments. Trois aliments incontournables pour la santé de notre appareil féminin : les brocolis, l’avocat, les poissons gras (saumon, sardines, maquereaux).
  8. Participez à des cercles de femmes : il est prouvé que des femmes qui font des activités régulières ensemble  – et plus spécialement des activités où les fréquences du cerveau sont plus basses (état de relaxation) – voient leur production hormonale se synchroniser et s’équilibrer.
  9. Renouez avec votre Enchanteresse – l’archétype qui correspond à la phase pré-menstruelle mais aussi à cette période de la vie. Elle vous enseigne à vous détacher progressivement de l’intensité de l’action pour devenir plus intériorisée et intuitive. Elle vous apprend à créer votre nouvelle vie après 40 ans, une fois sorties des diktats que notre société impose souvent aux femmes dans leur première partie de vie. Vous trouverez des rituels pour apprendre à vous connecter à l’Enchanteresse dans mon livre “Rituels de femmes pour explorer les secrets du cycle féminin” ed. Le Courrier du Livre.
  10. Et surtout, surtout, acceptez-vous avec toutes vos fragilités, même si la vie vous semble dure par moment. Imaginez que parfois c’est l’environnement qui peut s’adapter à nos nouveaux besoins et pas viceversa !!!

 

Mes propositions pour vous accompagner

🌸

Retraites féminines Reliance

3 stages en résidentiel
12-14 avril Femme Cyclique
26-28 juillet Femme Guérisseuse
4-6 octobre Femme Sacrée

🌸

Accompagnement individuel Femme Equilibre

naturopathie et équilibre émotionnel pour vous soutenir en douceur

🌸

Livre “Rituels de femmes pour explorer les secrets du cycle féminin” ed. Le Courrier du Livre

Serena Zigrino Auteure Livre Rituels de Femmes pour explorer les secrets du cycle féminin

 

Sources :
womeninbalance.org/2016/12/13/womens-health-and-hormonal-axes/
www.larabriden.com/real-reason-stress-hits-hard-in-your-40s-adrenal/

Ma rencontre avec un oeuf de yoni en quartz rose

Ma rencontre avec un oeuf de yoni en quartz rose

Depuis quelques mois nous assistons à une véritable explosion d’intérêt pour cet objet mystérieux qui est l’oeuf de Yoni.

Pratique de niche jusqu’à il y a quelques année, les œufs de Yoni, qu’on appelait avant plutôt œufs de jade sont devenus maintenant presque des gadgets, les femmes les collectionnent pour avoir le plus de pierre possible et les praticienne de sexualité taoïstes qui les enseignent depuis des années s’en arrachent les cheveux 😉

Il s’agit en effet d’une pratique qui peut devenir très puissante d’un point de vue énergétique si pratiquée correctement, alors qu’elle ne fera qu’un petit massage interne si pratiquée sans discernement (c’est déjà ça 😉 ) …

En tout cas, comme pour toute chose, le sacré laisse place au commercial et je ne rentrerai pas dans la discussion de savoir si c’était mieux avant ou maintenant !

Ma première rencontre

J’ai pratiqué l’oeuf de yoni il y a quelques années, accompagnée par une amie formée à cette pratique taoïste.
Ma pratique était essentiellement centrée sur la partie physique/énergétique (massage des point réflexes internes, travail du périnée, mobilisation des muscles du vagin …). Assez “technique” finalement. Je pratiquais le qi-gong de la femme aussi à cette époque là, en parallèle de mes pratiques féminines naturo et ma sphère intime féminine s’en portait à merveille.

Les années ont passées et ma pratique s’est arrêtée.

Récemment, piquée de curiosité par la lecture d’autant d’articles sur le sujet, j’ai sorti mes oeufs et choisi celui en quarts rose pour retenter le travail.

Beaucoup de choses se sont passées au niveau de ma yoni pendant ces années depuis l’arrêt de la pratique.
Elle a vécu un troisième accouchement hautement initiatique.
Elle a reçu des massages qui ont débloqué des sanglots qui venaient de toutes mes lignées féminines ensemble tellement qu’ils étaient profonds.
Et elle a appris à s’abandonner totalement à la rencontre avec l’homme.

Ma conscience corporelle a beaucoup changée en même temps.

 

Ma (re)découverte

Ainsi, lors que j’ai pris un moment pour accueillir l’oeuf en quartz rose, cela était si différent !
Il est rentré et a fait son nid, en choisissant sa position.
Et là, j’ai senti quelque chose que je n’avais jamais perçu avant. Mon corps de femme pouvait accueillir une pierre en lui, pierre sacré, pierre du féminin, pierre du coeur.
Mon corps pouvait accueillir un petit bout de cette magnifique planète, notre terre Mère, à l’intérieur de lui.
Cette terre était réellement en moi !
En résonance avec mes os, mon minéral à moi !
Et à partir de là, une merveilleuse expansion de coeur a commencé. Le coeur en ouverture et en résonnance avec mon ventre, avec l’intimité plus profonde de mon ventre !
J’ai senti le besoin de poser une pierre sur mon chakra du coeur également. La boucle s’est faite.
Coeur – Ventre – Terre.

Je suis restée dans cette béatitude pendant quelques minutes, avant de terminer la pratique et de remercier pour ce premier contact.
Heureuse d’imaginer tout ce que je pourrais ressentir et découvrir les prochaines fois !

C’est merveilleux d’être une femme !
Soyez bénies <3

Serena.

L’achillée millefeuille : la plante de l’équilibre

L’achillée millefeuille : la plante de l’équilibre

L’achillée millefeuille est une plante vivace, de 60 à 90 cm de hauteur, que l’on trouve souvent sur les terrains en friche, secs et sablonneux.
Elle fleurit généreusement dans nos jardins ces jours-ci et vous la trouverez jusqu’en septembre.

L’achillée millefeuille fait partie des 7 plantes sacrées de la St Jean. Ces plantes étaient récoltées le jour de la fête de la St Jean, c’est à dire autour du solstice d’été, quand elles sont gorgées de soleil et lumière qu’elles amènent à l’intérieur de notre corps et esprit.
Le rituel de cueillette prévoyait de les ramasser quand elles étaient encore recouvertes de la rosée du matin, juste avant le lever du soleil. Le cueilleur devait être pieds nus, marcher en reculant, cueillir de la main gauche et avoir le coeur aussi léger que la main qui, elle, ne cueille que ce dont elle a besoin !

Dans les îles britanniques, l’achillée millefeuille est considérée une « herbe de féerie » et on dit que ses feuilles, tenues devant les yeux, permettent d’obtenir « la seconde vue » ou « la vision des deux mondes » 🙂

 

L’achillée millefeuille, une des plantes de l’équilibre masculin / féminin.

 

Elle est gouvernée en effet par deux planètes.

 

D’un côté Saturne, masculin, qui apporte structuration et intégrité.

 

Sur plan physique, cela se traduit par sa capacité à cicatriser les blessures, arrêter la perte de sang et désinfecter.  L’intégrité du corps physique donc, qui permet de préserver la vie. Son nom lui vient de cette capacité :  la légende veut que le héros grecque Achille et ses guerriers aient soigné leurs blessures avec les jus de cette plante.

Sur le plan énergétique, elle renforce notre capacité d’autoprotection face aux influences négatives qui viennent de l’extérieur. Ces influences comprennent aussi bien les radiations, les ondes, les pollutions que les projections d’autres personnes, les schémas de pensées qui ne nous appartiennent pas, la dépendance au regard des autres. En nous libérant de ces influences nous retrouvons équilibre et harmonie et l’intégrité de qui nous sommes et de notre être. Elle est, pour cette propriété, très indiquée pour les thérapeutes.
Vous la prendrez en élixir pour travailler cet aspect.

Achillée millefeuille, le sourcil de Vénus

 

La deuxième planète est le féminin Vénus, qui nous amène douceur, beauté, sensualité.

 

Ces caractéristiques se manifestent chez la plante par son action équilibrante du cycle menstruel et ses vertus cosmétiques.
Elle était en effet jadis appelée Sourcil de Vénus, pour l’élégance de ses feuilles, mais aussi en clin d’oeil à son importante action sur la santé féminine.

Sur le plan émotionnel, sa fonction vénusienne aide à développer la compréhension, l’intuition et l’écoute de l’autre et favorise l’ouverture à la spiritualité en douceur (élixir, huile essentielle ou eau florale).
Elle sera donc utile dans les périodes de transition de la vie, là où il y a besoin d’adaptation et compréhension.

Par son équilibre féminin/masculin, l’achillée était vénérée dans la Chine ancienne, pour son unité harmonieuse de yin et de yang.
Cet aspect la rend ainsi précieuse pour les moments de communication entre homme et femme.
Vous pourrez l’utiliser en olfaction à chaque fois que vous sentez un manque de fluidité dans cet échange.

Pour les couples qui effectuent un travail autour de la communication, l’huile essentielle d’achillée millefeuille peut être un support précieux.
Vous l’utiliserez alors en massage à l’intérieur de chaque poignet en visualisant votre partenaire, avec un sentiment de bienveillance et écoute. Demandez à votre partenaire de le faire également. Répétez cela tous les jours jusqu’à ce que vous le sentiez utile.

Les vertus de l’achillée millefeuille pour la santé féminine

 

L’achillée a une grande affinité avec le sang, elle soutient le foie et décongestionne l’utérus.  Elle est donc tout naturellement une aide précieuse dans la régulation du cycle.

En cas d’absence de règles (aménorrhée), due au stress ou à un déséquilibre hormonale (comme après l’arrêt de la pilule), vous pourrez la prendre tous les jours en infusion (ou gélules/teinture mère/extrait glycériné) jusqu’à ce que les règles reviennent. En accompagnement bien sûr d’une recherche holistique de la cause de cette absence.

Pour réduire les symptômes typiques des jours avant les règles (syndrome pré-menstruel) : maux de tête, tension à la poitrine et au ventre, jambes qui enflent, irritabilité ou bien mélancolie, mais aussi pour des règles douloureuses vous l’utiliserez après l’ovulation. Elle aide en effet le corps à produire la progestérone, hormone secrétée en phase post-ovulatoire. De plus elle aide le foie à se purifier ce qui aide énormément dans l’équilibre hormonale.

Enfin grâce à son côté astringent, elle aide à limiter les saignements trop abondants et les pertes de sang qui durent en dehors des règles.
Les saignements post-accouchements (lochies) seront également écourtés grâce à un mélange d’achillée millefeuille/alchémille/ortie.

Dans cette capacité à relancer des règles qui se sont arrêtées d’un côté et de réguler les règles trop abondantes de l’autre, nous retrouvons ses capacités équilibrantes !

Par son action harmonisante du système reproducteur, l’achillée millefeuille sera indiquée pour favoriser la fertilité et la conception.

En cas de pertes blanches anormales ou de démangeaisons vaginales des bains de sièges ou bains de vapeur à l’achillée peuvent être très bénéfiques. En accompagnement bien sûr d’un rééquilibrage de la flore vaginale par l’alimentation, la gestion du stress et le soutien énergétique/émotionnel.

Susun Weed la recommande également en cas de cystite, pour son effet astringent, antibactérien et son pouvoir diurétique. Il faudra mettre 15 g d’achillée avec 15 g de feuilles de busserole dans 1L d’eau bouillante. Laissez infuser pendant 8 heures et buvez 3 tasses par jour de cette infusion. (Attention si au bout de 48 heures les symptômes n’ont pas disparu, consultez un médecin).

Au cours de la ménopause, les infusions d’achillée millefeuille soulageront l’agitation intérieure qui accompagne ce passage et, en synergie avec d’autres plantes, réduire les bouffées de chaleur.

« Je ne peux pas recommander suffisamment aux femmes l’achillée millefeuille. Qu’il s’agisse d’une jeune fille ayant tendance à avoir des règles irrégulières ou d’une femme d’un certain âge en pleine ménopause, ou même après cette période, pour toutes les femmes, jeunes et vieilles, il est important de boire de temps en temps une tasse d’achillée millefeuille. Elle a une excellente influence à tout point de vue sur le bas-ventre de la femme, de telle façon qu’elle ne peut rien faire de mieux pour sa santé que d’aller chercher au cours d’une promenade à travers champs et forêts un petit bouquet d’achillée millefeuille. »
Marie Treben, La Santé à la pharmacie du Bon Dieu

 

D’autres propriétés :

 

L’achillée millefeuille en infusion est utile pour faire baisser la fièvre, notamment chez les enfants. Elle donnera une transpiration et parfois une légère diarrhée qui permettent d’éliminer les toxines qui ont causé la fièvre.

Son action sur le système digestif est également intéressante. Prise avant les repas elle prépare la digestion. Après les repas, elle empêche les fermentations qui donnent des ballonnements et gaz. Entre les repas elle soulage un intestin enflammé (colite, diarrhée chroniques, intolérances…).

Son pouvoir décongestionnant la rend utile en cas d’hémorroïdes (infusion + bain de siège). Elle soutient la circulation sanguine.

En cosmétique, son hydrolat est apaisant et équilibrant pour la peau, purifiant et revitalisant.

Pour finir, elle est tonifiante et réconfortante, ainsi que revitalisante. Elle contient de la silice que Paracelse appelait “la lumière minéralisée” !

 

Achillée millefeuille (Achillea millefolium)

Conseils d’utilisation:

Pour équilibrer la santé féminine / sphère digestive / circulatoire : Infusion de 15 g pour 1/2 L d’eau bouillante. Laissez infuser 10-15 minutes. 3 tasses par jour. Ou bien teinture mère 50 à 150 gouttes, 2 fois par jour.

Côté émotionnel : eau florale, 2 cuillères à soupe par jour.

Pour se protéger : Elixir floral, 4 gouttes 4 fois par jour et en spray autour du corps pour renforcer la protection aurique.

Pour les blessures : Décoction de 40 g de sommités fleuries en 1L d’eau, à appliquer avec des compresses. Vous pouvez également l’utiliser sur les animaux.

En cosmétique : Infusion de 25 g de plante pour 1/2 L d’eau, comme lotion.

Pour les plantes : Le purin d’achillée en pulvérisation protège les plantes des maladies fongiques (comme l’oïdium par exemple)

Déconseillée les 3 premiers mois de grossesse.

 

 

Sources, pour aller plus loin :

 

 

La beauté de chaque saison de la femme

La beauté de chaque saison de la femme

Cet article est un extrait de l’atelier “La beauté de chaque saison de la femme” !
J’ai eu le bonheur de l’animer au salon Féminaissance à Lyon, pour présenter le livre “Rituels de femmes pour explorer les secrets du cycle féminin”.

“A chaque saison, la nature éblouit par ses paysages et ses couleurs laissant paraître toute sa beauté et sa splendeur” Mazouz Hacène

Quelle est donc la beauté de chacune de vos saisons ?

 

La beauté du printemps de la femme – la phase préovulatoire / Lune Croissante

Pendant cette phase, vos œstrogènes montent en flèche entraînant avec elles les hormones de l’action, du plaisir, de la bonne humeur (dopamine, sérotonine …)
Vous vous sentez ainsi fraîches, pleines d’énergie, dynamique, motivée, déterminée, innovante.
Vous rêvez de changer le monde.
Chaque mois, vous renouvelez le regard que vous portez sur le monde.
Vous rêvez de créer des projets, vous passez à l’action, insouciante, confiante…

Qu’est-ce que nous sommes belles avec cette fraîcheur que nous retrouvons à chaque mois !
La beauté est même extérieure dans cette phase. Les œstrogènes rendent en effet notre peau lumineuse et favorisent l’élimination d’eau en rendant notre silhouette plus svelte.

Vous êtes totalement connectée à : vous même, votre univers, votre vérité !

La beauté de cette saison : vous incarnez l’insouciance du printemps qui ne connaît pas les tempêtes d’automne.

La beauté de l’été de la femme – la phase ovulatoire / Pleine Lune

C’est la phase de l’ovulation : le pic d’oestrogènes et hormones hypophysaire la déclenche.
Elle entraîne également la production d’autres hormones comme l’ocytocine (hormone du lien).
La présence de testostérone fait que le désir est au rdv. Vous êtes rayonnante, lumineuse, sensuelle, vos phéromones diffusent autour de vous.
Tout cela bien sûr, car votre corps se prépare pour une éventuelle fécondation par l’élu de votre coeur.
Même si vous ne souhaitez pas cette fécondation, il faut bien se rappeler que le corps obéit à son intelligence propre et cherche toujours cette rencontre. Et il met tout en place pour la trouver … 😉

Après l’ovulation, la progestérone commence à grimper : vous êtes alors maternelle, maternante, attentionnée (même si vous n’avez pas d’enfants, vous le serez avec votre entourage – famille, amis, animaux, plantes ) !
Vous êtes dans la célébration de la vie : la créer, la protéger, être en Amour.
Relationnel et communication sont au top, c’est le moment donc de recevoir les amis, faire une sortie en famille. Mais aussi parler avec votre partenaire d’un sujet un peu délicat ou demander une augmentation à votre chef 😉

Vous êtes totalement connectée à : votre entourage, vos relations, le monde entier !

La beauté de cette saison : vous vibrez la joie et la plénitude de l’été en symbiose totale avec la Vie !

 

La beauté de l’automne de la femme – la phase prémenstruelle / Lune Décroissante

La progestérone baisse et avec elle les hormones qui nous donnent notre bonne humeur, notre zénitude.
L’énergie d’action baisse progressivement aussi et se transforme en énergie intérieure, en connexion avec tout ce qui est spirituel, magique, mystique, subtil ! Vous pouvez avoir une envie accrue de méditation, yoga, nature, plantes… Votre intuition se développe, vous êtes visionnaire !

C’est aussi le deuil de la plénitude de l’été.
Tout comme à l’automne, vous traversez ce deuil dans la tempête : tristesse, irritabilité, émotions à fleur de peau. Vous pouvez vous sentir fragile, incomprise ou parfois pleine de colère.
Pour apaiser ces émotions, la communication avec votre corps est une force majeure de cette période. Sans elle l’énergie risque de partir dans le mental avec ses ruminations incessantes !
Adapter son rythme de vie à cette diminution d’énergie est indispensable. Cela vous oblige donc à faire un tri dans sa vie, un bilan de ce qui vaut la peine d’être gardé et les activités superflues qui vous prennent du temps sans vous nourrir véritablement.

Vous êtes totalement connectée à : la nature, l’univers, la spiritualité !

La beauté de cette saison : comme une magicienne, vous incarnez le mystère des forces automnales qui alternent les tempêtes à des journées de grandes douceurs. Vous percevez l’ouverture vers quelque chose de plus grand que le visible.

La beauté de l’hiver de la femme – la phase menstruelle / Nouvelle Lune

 

Les hormones se taisent, l’utérus se libère de sa couche fonctionnelle en saignant.
C’est la saison de laisser aller le trop plein. De vider la tête (elle se vide souvent toute seule – nous nous sentons parfois dans le brouillard quand nous avons nos lunes ! ). Votre corps vous demande de vous poser dans cette fragilité extérieure qui vous rend fatiguée, pour aller contacter votre véritable force profonde, à l’intérieur de vous.
Vous ne faites plus, vous êtes !
Dans le vide de la grotte de votre ventre, vous retrouvez votre terre intérieure, votre sagesse, votre puissance, votre authenticité, votre essentiel.
Vous êtes en lien avec le Tout et le Néant, avec le vide, réceptive à vous même.

Vous êtes totalement connectée à : le principe du vide, d’où naissent tous les possibles !

La beauté de cette saison : l’immobilité et le repos de l’hiver vous donnent une grande sagesse et préparent le terrain du renouveau.

 

 

Si vous avez aimé cet extrait, vous aimerez probablement le livre “Rituels de femmes pour explorer les secrets du cycle féminin” :
https://arbredelune.com/produit/rituels-de-femmes-pour-explorer-les-secrets-du-cycle-feminin/

Serena Zigrino Auteure Livre Rituels de Femmes pour explorer les secrets du cycle féminin

 

La Femme Shakti

La Femme Shakti

Extraits du sublime livre de Vicki Noble, que toute femme devrait lire !!!!

L’image contient peut-être : une personne ou plus

 

Femme = corps = Terre

“Femme = corps = Terre
C’est, en une formule, l’ancienne définition de la Déesse.
La Créatrice.
Celle qui donne naissance à toute vie et ramène à elle tout ce qui a pu exister.
Celle qui nous porte ici dans un perpétuel changement, dans une constante impermanence et qui nous montre la magie des génération et de l’évolution cyclique.
La Matrice.
La Régénératrice.
Sa fille, la Femme, a exactement les mêmes caractéristiques, les mêmes dons.
Dans le mouvement intérieur de son corps, elle crée ou bien détruit, selon ce que veut la Nature.
Elle saigne, fait grandir la vie, accueille celui qui n’est pas né, donne naissance, prend soin et nourrit son petit avec son propre corps magique, érotique – c’est à dire vivant !
Elle fait l’amour, fait l’énergie, fait la vie – tout cela dans son corps.
C’est à partir de sa relation concrète à son petit, à travers la fonction nourricière, que la femme a inventé le langage et la communication, les instruments, la po
terie et l’art. “

Aucun texte alternatif disponible.

Les cycles du sang

“A la base du chamanisme féminin, il y a les cycles du sang.
En Occident, les femmes ont oublié la signification spirituelle de leurs cycles menstruels ; elles ont besoin de s’y reconnecter pour trouver leur propre pouvoir.
Le sang, dans les mystères de la naissance et de la menstruation, est au coeur su chamanisme féminin.”

 

Crédits photos Durasova.ru, Suzanne Lessard, Peter Engelhard